« Tu es ma fille, c’est tout »

Demain 26 mai 2013 : manifestation anti-mariage pour tous.

Encore une.

Toute cette haine, cette intolérance me rend malade.

Une part de moi se rend bien compte qu’ils se rendent ridicules à trop en faire, à ne pas s’arrêter.

L’autre est terrorisée de voir à quel point ils persistent.

D’imaginer à quel point leurs sentiments sont « forts » pour ne pas se décider à accepter quelque chose qui ne les concerne même pas.

A 15 ans, je me souviens m’être dit « si jamais je deviens lesbienne, je me suiciderai ».

A 15 ans, c’était la pire des idées pour moi que la possibilité d’être homosexuelle.

C’était pas envisageable.

Bien trop compliqué. Trop effrayant. « Je pourrais tout perdre ».

Et puis il s’est avéré que cette pensée n’est pas venue sans raison, et que je suis tombée amoureuse pour la première fois à 19 ans, et que c’était une fille.

Bizarrement, les années passées m’avaient permis de grandir assez pour ne pas mal le vivre.

J’ai eu cette chance là de ne pas me détester.

J’ai aussi eu la chance de pouvoir l’avouer à ma mère sans qu’elle me rejette.

Elle n’a pas sauté de joie, elle n’est pas des plus à l’aise et ne me pose pas beaucoup de questions à ce sujet. Mais elle n’a jamais refusé d’accueillir une de mes copines. « Tu es ma fille, c’est tout ».

J’aurais aimé qu’elle soit de ces mères qui s’indignent de ces attaques directes envers leurs enfants.. je l’admets.

Je ne lui en veux pas, ça me rend juste un peu triste.

C’est ma petite soeur de 17 ans qui se charge de cette partie là.

Je lui ai avouée à elle aussi, lorsque j’étais avec ma première copine. Elle était tellement contente que je lui parle de quelque chose de personnel, qu’elle n’en a eu cure.

Elle est tombée des nues, mais je crois qu’elle a trouvé ça drôle. Elle devait avoir 13 ou 14 ans à l’époque.

Elle est incroyable. Elle est d’une ouverture d’esprit et d’une générosité surprenante pour son âge.

Elle trouve tous ces gens, en marche, idiots, arriérés, et purement méchants. Elle ne comprend pas bien je crois, pourquoi ils font ça. Et peut être pas entièrement non-plus la gravité des choses.

Comment pourrait-elle comprendre ce que c’est que d’être attaquée avec une telle haine dans son identité sans l’avoir vécu.

Avant tout ça, moi même je n’aurais pas compris.

Je n’ai jamais été agressée. Même verbalement, si ça m’est arrivé, ça ne devait pas être assez « violent » pour que je m’en souvienne.

Mais tous ces gens rassemblés sous la pluie comme des cons, et qui crient, qui hurlent « non » à ce que je suis alors que je n’ai rien demandé, rien choisi, c’est la chose la plus violente que j’ai connu je crois.

Je vois des jeunes de mon âge, je vois des enfants dans des poussettes comme si c’était une promenade de famille parmi tant d’autre parce que, eux, ils ont une « vraie » familles.

On m’a assimilée à des pédophiles, des zoophiles, et des polygames. Tout ça oui.

Pourquoi ?

Parce que la nature a voulu que je tombe amoureuse de filles et pas de garçons.

Pour preuve, l’autre jour je lisais un article peu banal dans le 20 minutes, relatant l’histoire d’un homme arrêté pour avoir « violé » son paon.

Et dans les commentaires qu’est-ce que je lis ?

« A quand le mariage et la PMA ? » et autres inepties du même genre sur plusieurs commentaires.

Alors que penser ?

C’est ça être français ?

Si oui, moi je rends ma carte d’identité.

Au moins j’aurai ma dignité.

Demain « des gens manifesteront, non pas pour avoir des droits, mais pour que d’autres n’en aient pas. »

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.